• Un petit étang  quelque part en Saône et Loire. Un peu de soleil et tout de suite,  les photos prennent une autre dimension.

    En attendant les oies... 

    Un petit changement de cadrage,  un  léger post traitement et l’endroit  se transforme :

    En attendant les oies...

    Les arbres encore dépourvus de leurs feuilles, jouent avec leur reflet dans l'eau :

    En attendant les oies...

    Là encore,  le post-traitement permet de varier les  plaisirs :

    En attendant les oies...

    Sans  oublier le N&B qui donne un aspect particulier à l'ensemble

    En attendant les oies...

    Mais au fait, n'avais-je pas  parler d'oies? Justement,  les  voilà...

    En attendant les oies...

     Demain,  petite suite en oie majeur...


    8 commentaires
  • Pour ceux qui  n'avaient pas repéré  l'intrus (en fait  ils étaient deux,  bravo Pascale), il s’agissait de foulques macroules  mélangés aux canards...

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    Poursuivant ma promenade,  je fais au passage un reflet

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    Puis  j'approche du barrage sur le Doubs. Dès les beaux jours,  les  kayakistes de l'école voisine de canoë-kayak, s'en donnent à  coeur joie, ici.

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    Et puis toujours  mon péché  mignon,  à savoir les reflets, comme ici cet arbre...

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    L'étagement du barrage autorise en cette saison, trois étages de niveau d'eau,  aux remous bien différents...

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    La descente le  long du Doubs se poursuit et les  branches  d’arbres  dénudées  permettent quelques  belles photographies.

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    Dernier  regard sur ce lieu avec au fond à droite,  la Citadelle. Aux beaux jours,  promis,  je vous emmène là-haut...

    Besançon, au fil de  l'eau, suite et fin.

    Il me reste encore quelques  photos glanées, ci et là  mais je les réserve pour demain. A bientôt.


    9 commentaires
  •   

    Je vous ai laissés hier à la  porte donnant accès à un canal souterrain. C'était histoire de vous  mettre dans l'ambiance humide de  mon  nouveau reportage  à Besançon. Et pour débuter,  cette  photo d'une affiche vantant  le  Musée  d'Orsay et les  impressionnistes. J'ai trouvé  que le reflet des  branches ajoutait encore à la nostalgie de la jeune fille au  bouquet de violettes  

    Besançon, au fil de  l'eau

    Mais ceci me permet de rebondir sur l'image suivante où les branches et l'eau du Doubs se  marient...

    Besançon, au fil de  l'eau

    Juste  à côté,  le nouveau quartier de la Mouillère joue aussi avec le  végétal,  à sa façon.

    Besançon, au fil de  l'eau

    Alors que dans l'île juste en face,  un des  hôtes de ces lieux surveille la situation environnante. Car c'est ici que les cormorans ont élu domicile...

    Besançon, au fil de  l'eau

    Et quand un cormoran s'ébroue, ça fait du bruit et du remue ménage.

    Besançon, au fil de  l'eau

    Seulement  voilà, quand on est mouiillé, il faut se sécher...

    Besançon, au fil de  l'eau

    Et à chacun sa méthode... seul le résultat compte tant pour les  oiseaux,  que pour le  photographe...

    Besançon, au fil de  l'eau

    Petit portrait de famille. Cherchez l'intrus...

    Besançon, au fil de  l'eau

    Demain,  fin de cette  promenade  à Besançon, avec encore de  l'eau... 


    11 commentaires
  •   

    Avant toute chose,  une réponse  à la question  posée par Alain P, sur le reportage  précédent, concernant la statue de la femme enceinte. Il s'agit une œuvre contemporaine de Jens Boettcher, artiste bisontin, intitulée la Source, qui est un buste de femme enceinte dépourvue de visage et de bras, mis en place en 1997.

    Ensuite  pour aller dans le sens de Pastelle ( Sophie) qui m'en a fait la demande, j'ai recadré  la photo des croix.... 

    Besançon tourisme

    -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

    Après cet aparté, retour à Besançon pour une visite un peu touristique. Pour tout vous dire,  je n'aime pas ce genre de reportage. Mais  pour une fois, j'ai dérogé à  la règle. Le lieu y est certainement  pour quelque chose, tant il est chargé d'histoire. je ne  me lancerai pas dans des explications que vous saurez retrouver sur Wiki quelque chose... si vous le  souhaitez.

    Tout d'abord  la porte Noire... Étonnant ce  nom

    Besançon tourisme

    Pour en savoir  plus,  je vous renvoie  à cette plaque qui  vous affranchira. A noter  le tag  plein d'humour...

    Besançon tourisme

    Quand  je suis arrivé à Besançon dans les années 1995, cette  porte était effectivement  noire, comme  le pan de  mur situé derrière et à l'époque,  jamais je ne me suis posé la question  de savoir si c'était une pierre noire  ou autre chose...

    Besançon tourisme

    Un peu  plus  bas que la  porte Noire,  on découvre  le square Castan. Haut  lieu  historique de Vesontio,  pardon Besançon aujourd'hui.   Voir  ici pour  plus d'informations. Mais c'est un endroit où se mêlent  Empire romain et chrétienté... 

    Besançon tourisme

    Un détail de ce vestige...

    Besançon tourisme

    et surtout  une carte du  lieu pour tenter de s'y retrouver. A noter que la porte Noire  y est  mentionnée sous  le  vocable de porte de Mars et la future place Victor Hugo, s'appelle encore place St Quentin

    Besançon tourisme

    Autre vestige, les colonnes corinthiennes retrouvées sur place et restaurées.

    Besançon tourisme

    Quant au canal d'Arcier que l'on retrouve sur le  plan , en voici un des accès...

    Besançon tourisme

    L'ensemble  mérite certainement plus d'attention. Peut être  y retournerais-je aux beaux jours.

    En attendant,  puisque j'ai évoqué  le canal d'Arcier, celui-ci me permet de faire la transition vers l'eau, sujet que nous aborderons demain,  toujours  à Besançon. 

     

     


    8 commentaires
  •   

     

    Poursuite en quelques photos de ma promenade dans ce magnifique parc de l'Orangerie à Strasbourg. La cascade découverte dans le reportage  précédent a son pendant de l'autre côté. Et ses eaux retombent dans un lac propice au canotage en été.

    L'eau de l'orangerie (2)

     Au milieu de ce lac,  se trouve un jet d'eau qui agrémente l'ensemble.

    L'eau de l'orangerie (2)

    et qui devient intéressant  à regarder et à photographier,  dès que le vent se  lève ...

    L'eau de l'orangerie (2)

    Le vent semble jouer avec l'eau  à un  éternel jeu de  "attrape-moi si tu peux"...

    L'eau de l'orangerie (2)

    Mais le vent a aussi joué avec les feuilles . A tel point que les branches à présent commencent à être dévêtues...

    L'eau de l'orangerie (2)

    Mais le vent n'a pas que l'eau ou les feuilles  pour amis, c'est ce que l'on verra demain...si j'ai le temps ! 


    5 commentaires
  •   

    2 novembre 2012. 

    Strasbourg et son superbe parc de l'Orangerie. Je l'ai pratiqué  pendant 10 ans de ma jeunesse... Je crois que j'en connais tous les chemins... Alors comment ne pas tomber dans la facilité? La photo que tout touriste va faire... Et je crois  bien que je n'ai pu éviter le piège... Mais je vous laisse juge.

    Tout d'abord ce petit "temple", aujourd'hui restauré, ce qui n'était pas le cas dans ma prime jeunesse. Je ne connais pas son nom et je le regrette

    L'eau est beaucoup présente dans ce parc et d'ailleurs, c'est elle qui va guider en partie, mon reportage.

    Saison des feuilles mortes qui se ramassent à la pelle dit le poète... Ici, il faudra un filet!

    Je me déplace de quelques mètres pour obtenir un reflet comme je les aime.

    Bon, je vous l'accorde, cela ne vaut pas les cascades de Baume les Messieurs ou celles du Hérisson, dans ma région...

    Mais je me rattrape avec ces quelques vues qui pourraient presque faire illusion. Touit vd'abord en N&B :

    Puis façon sépia :

    Et enfin, façon fontaine de lait...

    Voilà pour cette première partie, demain, la suite...


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique