• 11 août 2020 : La visite de Trévarez se termine par un passage dans le château ou du moins ce qu'il en reste. petit rappel : Ce château a été construit au tournant des 19e et 20e siècles pour James de Kerjégu et sa famille. L'architecte a conçu une demeure luxueuse et confortable pour recevoir amis et famille le temps de séjours organisés autour de parties e chasse et de promenades à cheval. Délaissé pendant une trentaine d'année et toujours très abimé, l'intérieur  du château se visite partiellement. Au fil des alles, les souvenirs de la  vie insouciante et privilégiée d'une infime partie de la société de la Belle Époque est mise en scène pour redonner vie au château ( d'après un panneau  explicatif).

    Désolé pour la qualité des photos, mais n'ayant pas de flash incorporé et devant le peu d'éclairage des lieux, j'ai du monter très haut dans les ISO pour obtenir quelques vues que j'ai ensuite tenté de rendre visibles par le post traitement.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Cet premier couloir d'intérieur atteste dès l'entrée, de la magnificence passée des lieux . 

    -=-=-=-

     

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Le conseil général du Finistère, propriétaire aujourd'hui du château, tente de remettre celui en valeur.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Ces deux bassins (autrefois séparés par une cloison) étaient utilisés par les invités pour prendre des bains. Ces "piscines" sont la preuve d'un luxe extrême. Elles reflètent l'engouement de cette époque pour le thermalisme et le désir de modernité de James de Kerjégu.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Au hasard de la visite, on découvre sous l'enduit des murs,  de jolies peintures.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Le travail sera considérable pour réhabiliter les lieux et notamment les  fresques des murs.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Une évocation d'une belle table de la Belle Époque devant une cheminée aux dimensions généreuses.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Ce que devait être la bibliothèque du château avant. Les dos des livres ne sont que des photos.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    Le salon qui donne sur la pièce d'eau de la Chasse, a conservé par miracle, ses magnifiques peintures.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

    C'est un miracle effectivement quand on voit au-dessus, les dégâts laissés par le bombardement en 1944.

    "En juillet 1940, le château sera réquisitionné par les forces d'occupation allemandes et sert de lieu de repos aux sous-mariniers de la Kriegsmarine postés au port de Brest entre deux missions en mer et aux sous-mariniers japonais postés au port de Lorient. Il fut bombardé par les Mosquitos de la Royal Air Force le 30 juillet 1944 sur les renseignements de la résistance  française. Le château était pourtant inoccupé lors de l'assaut aérien. Le bombardement a atteint toute l'aile ouest du toit aux sous-sols, sur cinq niveaux, ainsi que les cuisines à l'est. Le salon d'apparat et les appartements de réception partiront en fumée." (cf Wikipédia)

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (3/3)

     Et pour finir, cette cheminée remarquablement ouvragée

    -=-=-=-

    En espérant vous avoir intéressés.

    À bientôt.


    2 commentaires
  • 11 août 2020 : Ma promenade dans le parc du château de Trévarez se poursuit, m'offrant l'occasion de saisir quelques perspectives intéressantes. Allez, c'est reparti.

    -=-=-=-

     

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)  la  Après un cheminement en sous-bois, on découvre la jolie chapelle  Saint Hubert (1699) dans le plus pur style breton.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

     Puis on remonte doucement vers le château, l'occasion de le découvrir sous un autre angle.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Plus on s'élève et plus on se rapproche des champs, oui des champs d'hortensias.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    D'innombrables variétés d'hortensias tapissent la pente menant vers les terrasses du château avec une vue imprenable sur la chapelle Saint Hubert.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Le temps d'une pause sous les fenêtres pour souffler... et faire une photo.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Puis on arrive au niveau du château avec cette pièce d'eau : le  bassin de la chasse et de la pêche.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Au fond du bassin, la fontaine qui a vu le jour en 1903.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    La décoration est surprenante : " Son imposant buffet d'eau est orné de gueules de grotesques et de dauphins encadrant une statue de sanglier en bronze due à Wisseaux. " (d'après au Jardin.info)

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Bassin du Domaine accueillant l’œuvre de Shigeko Hirakawa, L'Empreinte sur l'eau, 2014

    Les neuf boules transparentes symbolisent, par rapport au volume du bassin, les ressources en eau douce disponibles dans le monde, soit 2,5 % du volume d'eau total.

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Comment échapper à cette photo classique que l'on retrouve dans les guides touristiques de la région? Je ne pouvais pas passer à côté ( pour une fois ...)

    -=-=-=-

    Penn ar Bed 2020 : Trévarez : Très beau (2/3)

    Avec ce plan rapproché, on peut noter la richesse des ornements extérieurs, attestant de la vie luxueuse qui régnait auparavant au château.

    -=-=-=-

    Prochain et dernier post, on fera un tour à l'intérieur. Surprenant, je ne vous dis que cela...

    À bientôt.

    -=-=-=-

     


    3 commentaires
  • 11 août  2020 : Visite du château de Trévarez  (29). Un lieu particulier avec un château sauvé de l'abandon et un parc labellisé Jardin remarquable. Alors, prêt à me suivre? C'est par là...

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Avant de visiter le château, mes pas vont me conduire vers le parc, une promenade de santé de près de 4 km sous le soleil...

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Heureusement que quelques endroits du chemin passent sous une ombre salvatrice dispensée par de hautes futaies.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Une végétation qui paraît luxuriante mais qui en fait est judicieusement ordonnancée par les jardiniers.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    La visite débute par un passage au jardin ou plutôt ex jardin, car abandonné de 1939 à 1968. Date à laquelle le domaine sera vendu. Acquis par le Conseil général du Finistère, celui-ci outre ses préoccupations du style restauration architecturale a rouvert à la visite en 2014, l'ancien potager clos.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Ces serres abandonnées autrefois équipées de chauffages à eau modulables faisaient partie des jardins vivriers .

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Ces jardins vivriers, où se situe la maison du jardinier, sont sortis de l'abandon dans lesquels ils sont tombés, mais surtout des friches, après un colossal travail. Il était devenu impossible de retrouver les allées...

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    L'endroit est agréable et on peut imaginer que dans quelques années, ce pavillon sera lui aussi restauré pour lui rendre le charme qui devait être le sien par le passé.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    On quitte les jardins vivriers pour arpenter les allées du parc agrémentées de-ci, de-là, de massifs d'hortensias. Mais en cette année 2020, les plantes ont  bien souffert de la chaleur.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    On est bien dans le parc du château de Trévarez, et celui-ci s'offre à notre vue à travers l'ouverture entre deux arbres.

    -=-=-=-

    Trevarez : Très beau (1/3)

    Construit entre 1893 et 1907, le « château rose », à cause de la brique de sa construction, allie les styles victorien et néogothique. Doté des équipements les plus novateurs, on y trouvait par exemple, l'eau chaude courante et des ascenseurs sans parler, du chauffage central . Et que dire des 20 baignoires, 14 cabinets de toilette et 3 piscines d'agrément? 

     -=-=-=-

    À bientôt pour la suite de la visite, si vous le voulez bien.

    -=-=-=-


    3 commentaires
  • Alors que je rentre de mes traditionnelles vacances en Bretagne, j'en suis encore à diffuser les photos de 2020. Il va falloir que je publie au moins deux par semaine  pour combler mon retard...

    -=-=-=-

    11 août 2020 : Suite et fin de mon périple à travers ces statues de "saints" dont bien peu sont d'ailleurs reconnus par l'église. Transportées par l'histoire, les aventures de la plupart de ces personnages ont été enjolivées, à en devenir parfois des légendes et on a fait de ces hommes et de ces femmes des "saints" avec  toujours une  part de mystère, ce qui en  fait leur charme.   

    -=-=-=-

     Un qui ne doit rien aux  légendes,  c'est Saint Goustan dont les femmes du Croisic  chantaient : « Saint Goustan, notre ami, ramenez nos maris. Saint Goustan, notre amant, ramenez nos parents » 

    -=-=-=-

    Chargé d'aller sur le continent chercher du feu, Bodvael fut surpris par la marée au retour vers l'île. Il ne dut son salut et celui de la flamme qu'en grimpant sur un rocher. Et miracle s'il en fut, ni la peau, ni les vêtements de Bodvael n'avaient été atteint par le feu...

    -=-=-=-

    Selon la légende, Gwenn eut trois seins pour nourrir ses enfants, ce qui lui vaudra d'être invoquée par les femmes manquant de lait.

    -=-=-=-

    L'impression d'être sur un immense jeu d'échecs ...

    -=-=-=-

    Dans le contre-jour, la taille des visiteurs donne celle des statues !

    -=-=-=-

    Gardienne d'oies, recevant des faveurs de la Vierge,  Sainte Onenne a échappé à un viol grâce à la protection de ses oiseaux. Elle n'est pas connue pour avoir accompli des miracles, mais reconnue pour son humilité.

    -=-=-=-

    Alour ou Alor ou Alar, un saint dont on ne sait presque rien... Saint Alar était à l'origine le saint protecteur des alevins et des alevineurs (an alaer signifie "l'alevineur" en breton) en raison de la proximité de son nom avec celui-ci. Ce n'est que par la suite qu'il est devenu le saint patron des poulains, et par extension, des chevaux.

    -=-=-=-

    Ave...Pas de sainte à ce nom là et pour cause puisqu'il s'agit ici d'une représentation de la Vierge à l'enfant.

    -=-=-=-

    Nous voici à la fin de ce reportage avec cette photo qui évoque la difficulté du travail des artistes : poussière, bruit, physique. Bravo à eux de faire vivre cette  histoire des saints, entremêlée de légendes... Une visite que je recommande et pour laquelle, il faut prendre son temps et être muni de la documentation adéquate.

    -=-=-=-

    À bientôt.

     

    -=-=-=-


    7 commentaires
  • 11 août 2020 : troisième volet de ma visite dans la vallée des saints. Passée la surprise, reste l'émerveillement...

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Il ne s'agit là que d'un morceau de la vue que l'on découvre par endroit. Il est impossible d'avoir en photo la totalité du parc. On peut cependant se rendre compte de la variété des styles exprimés par les sculpteurs.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Au fil de la visite, on se rend compte que nombre de saints sont représentés en compagnie d'animaux qui pour certains, n'ont rien de l'image que l'on s'en  fait.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Étonnante représentation de Saint Jagu, avec cette imbrication d'une église dans ce tronc d'arbre qui se termine sur le visage qui fait penser à un gisant,  mais ici vertical.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Encore une fois, un saint est ici accompagné d'un animal. Un loup?

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Sainte Sève (ou sainte Sewa), sœur (ou frère car c'était peut-être un homme) de Saint Tugdual. Une œuvre d'une grande simplicité, mais aussi d'une beauté pure.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Une beauté qui me fera faire une photo supplémentaire sous forme de portrait. Une grande pureté.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Changement total de style avec Saint Jagu où malgré le style "taillé au couteau", une certaine émotion est palpable.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Des lignes très pures pour cette sculpture aux trois variétés de granit. Une représentation de la Vierge à l'enfant? Non mais celle de Touina et de son enfant.  ( Ici la légende de Ste Touina )

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Des saints dans la roche (3/4)

    Quel air malicieux pour ce moussaillon, certainement heureux de sa pêche !

    -=-=-=-

    À très  bientôt pour le dernier volet .

     


    4 commentaires
  • Aux environs de Plouescat, le 10 août 2020: Entre plage de sable blanc et eaux bleues, il y a encore bien d'autres choses à voir.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    Voici par exemple, le  menhir de Kergoarat- Saint Eden fait une hauteur de 7 m. Il sert il sert d'amer aux navigateurs côtiers, c'est à dire de point de repère. C'est l'un des plus  hauts de France.

     -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    La  légende dit que sous ce menhir, on peut trouver un trésor, à condition d'être capable de le déterrer dans l'intervalle des 12 coups de minuit, les nuits de Noël et des Rameaux ! Mais est-ce vraiment une légende?

    PS : Si d'aventure vous vouliez chercher le trésor, n'oubliez pas que le rocher est classée monument historique depuis le 15 mars 1909. 

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    Un côté sauvage qui ne peut me laisser insensible.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    La trace de la marée est particulièrement visible sur cet amoncellement de rochers...

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    Une eau limpide, un bleu profond, quelques vagues et du soleil. Je peux vous assurer que c'est bien en Bretagne.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    En remontant la côte, la découverte de petites criques où s'abritent quelques petits bateaux. Et par endroits, les algues vertes colonisent les fonds.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    Cléder, un petit port à marée basse.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

    Un autre petit port bien sympathique, Morguériec. Ici aussi, les algues vertes sont bien présentes.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat: Oh que c'est bleu ... et beau. (Suite et fin)

     

    Pour retrouver son bateau, il faut surtout bien connaître l'amarre !

    -=-=-=-

    À bientôt.


    4 commentaires
  • 10 août 2020 : Comme cela fait du bien de voir une côte sauvage.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Petit essai pour se mettre dans l'ambiance. Alors oui, il y a du bleu mais pas que... 

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Quel géant a bien pu s'amuser à empiler ainsi, ce qui pour lui ne devait être que des cailloux. Un équilibre qui ne répond pas aux lois de la pesanteur.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Ici et là, encore et toujours des blocs de granite (ou autre).

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

     Un jeu subtil entre plusieurs éléments : la terre, l'air et l'eau.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Sortis de nulle part, ces rochers se dressent, conquérants, au dessus de la lande bretonne. 

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Une grève de sable blanc, des rochers, une végétation riche et au fond, un menhir.

    Une photo qui pour moi n'est pas loin d'exprimer à elle seule, la Bretagne.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat

    Entre deux rochers blancs, une trouée sur d'autres  rochers caractéristiques de la région, avant que le regard ne plonge dans la mer d'Iroise.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Plouescat Comment expliquer ce chaos? J'y renonce et préfère m'absorber dans sa contemplation pour lui trouver une forme, une vie, une âme.

    -=-=-=-

    À bientôt pour un ailleurs, mais pas bien loin.

     


    5 commentaires
  • 9 août 2020 : Sur la plage de sable blanc de Ste Marguerite, il y a tant à voir...

    -=-=-=-

    Ils courent sur la grève, sans cesse à l'affut de  nourriture. Mais comme d'habitude, je suis bien incapable de vous  donner le nom de ces  oiseaux. 

    -=-=-=-

    Ce n'est sans doute pas dans ces coquillages minuscules que nos oiseaux peuvent trouver à manger.

     -=-=-=-

    Un peu de marche ne fait pas de mal avant de retrouver la mer, là-bas...

    -=-=-=-

     

    Des cairns, du land art, on peut s'occuper à la plage en dehors des châteaux de sable.

    -=-=-=-

     

    Les vastes étendues permettent à l'esprit de s'échapper. Peut-être vers un horizon inconnu !

    -=-=-=-

    Certes, l'endroit est beau mais comme dans d'autres endroits en Bretagne, les plages sont parfois envahies par des algues vertes.

    -=-=-=-

    Au bout de la presqu'ïle, le lieu-dit Carrec Studi, endroit stratégique tenu par les troupes allemandes qui surveillaient la mer guettant une invasion des troupes alliées.

    -=-=-=-

     

    Cet ouvrage était, parmi un ensemble d'une douzaine de casemates et abris, le plus important et d'un type assez rare, avec double ouverture pour canon anti-char.

     

    -=-=-=-

    À suivre dans le 4et dernier épisode de cette promenade.


    10 commentaires
  • 9 août 2020 : Le sable blanc se dévoile peu à peu, offrant ici et là quelques éléments de photos.

    -=-=-=- 

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    La mer est au plus loin et même mon 70x300 ne me permet pas de mieux voir les rochers.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    Presque le Sahara où je ne suis jamais allé, mais que j'imagine un peu ainsi .

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    Ici le rêve fait place à la réalité : souvenir d'un temps qu'on ne souhaite plus revoir!

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

     

    La végétation a envahi les souvenirs. Pourtant ils restent bien vivaces, même si je n'ai pas connu cette époque.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    La mouette et le chien... qui a vu la mouette qui n'a pas vu le chien !

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    Encore un vestige que l'homme des temps modernes, s'est approprié à sa façon.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

    Une partie de l'univers de la mer : des rochers, une marée basse, des algues vertes, du varech et des flaques d'eau qui attendent le prochain flot.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Ste Marguerite au sable blanc (2)

     

    Encore une photo au téléobjectif pour tenter d'apercevoir la complexité de la structure du rocher, que malgré tout on devine.

    -=-=-=-

     À bientôt pour une autre suite.

    -=-=-=-


    7 commentaires
  • 9 août 2020 : Court passage à Belle Isle en Terre, histoire de se dégourdir les jambes... 

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    L'ancienne église Saint-Jacques : (1788) Construite à l’origine pour servir d’église paroissiale, elle est transformée en caserne de pompiers en 1854 et le restera jusqu’en 1995. À présent, elle est connue comme étant les halles et abrite marchés et expositions. Quant à la nouvelle église,  Saint Jacques le majeur, elle a été achevée en 1884. L'édifice est actuellement en travaux, donc photo impossible.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    Promenade dans un petit parc jouxtant la mairie.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    La douceur bretonne de pleine terre est aussi appréciable que celle du bord de  mer.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    Voici à présent, une série de fleurs d'hortensias, dont je vous laisse apprécier les couleurs 

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

     Les  variétés sont nombreuses, encore faut-il savamment les choisir, en fonctionnement leur état du moment. (Floraison totale ou partielle ou en partie fanée, etc). Photos réalisées à main levée.

    -=-=-=-

    Penn ar bed 2020 : Belle Isle en terre

    Et une petite dernière pour la route, symbole du fleurissement breton.

    -=-=-=-

    À bientôt


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique