• 19 septembre 2019 : Entre promenade en petit tain et ascension de la  montagne de sel, je poursuis ma visite du Salin d'Aigues Mortes.

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    Sans explication, on pourrait me croire sur une piste de ski mais la température n'est pas la même et c'est bien du sel et non de la neige.

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    La preuve vue depuis l'autre "tas" de sel réservé à la visite.

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    De mars à août les sauniers favorisent la circulation de l'eau de mer de bassin en bassin, comme on en voit ici à perte de vue,  fin d'augmenter sa concentration naturelle en sel.  

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    Suivant les bassins, la teinte rose va varier. L'eau de mer perd progressivement 90 % de son eau douce pour laisser place à une solution concentrée en sel.

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    L'évaporation se fait lentement grâce à l'action combinée du soleil et du vent.

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    Le sel, jusqu'alors en solution,  va se cristalliser et se déposer sur le fond de la table salante. Puis l'eau progressivement va disparaître.  

    -=-=-=-

    Une Baleine dans le Midi (2)

    Après plusieurs mois de cristallisation, une couche de sel d'une dizaine de centimètres d'épaisseur appelée "gâteau de sel", se forme au fond des tables salantes.

    -=-=-=-

     

    Une Baleine dans le Midi (2)

     

    Et c'est toute une usine qui alors va entrer en jeu

    -=-=-=-

     

     

    Une Baleine dans le Midi (2)

    Mais au fait, savez-vous ce qu'est une camelle? C'est le nom que l'on donne à cette dune de sel de 20 m de haut et qui est constituée de  60 000 t de sel.  Et votre salière chez vous, paraît tout-à-coup minuscule...

    -=-=-=-

    À suivre,  très  bientôt.


    5 commentaires
  • 11 novembre 2020 : suite de ma sortie à moins de  500m de chez moi, à cause du confinement.

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Je vous avais laissé sur le reflet de l'église Saint Pierre dans les eaux de la Brenne. Alors on retrouve celle-ci avec une forêt de reflets ou des reflets de forêt...

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Des cascades d'or et une eau des plus calme pour figer les reflets.

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    L'église que l'on devine - 1870 - et derrière le bosquet, la nouvelle salle de convivialité - 2020 - Deux mondes pour réunir le monde ...

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Quant à l'église, elle se cache encore un peu derrière les différentes essences du parc du Souvenir Français.

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Avec l'automne, les hôtels particuliers se découvrent.

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Petit rappel, c'est le confinement... Pas âme qui vive dans la rue.

    -=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    1930 ou 2020? Le confinement trouble la vue, si ce ne sont les esprits ...

    .-=-=-=-

    Sellières et  le confinement (suite et fin)

    Fin de ma promenade en saluant en ce 11 novembre, la mémoire de nos valeureux poilus, entre autres ceux de mon village : Sellières..

    -=-=-=-

     


    10 commentaires
  • 11 Novembre 2020 : j'interromps un instant la production de mes photos méditerranéennes pour me recentrer sur le local et coller à l'actualité. Du coup,  petit sortie de 45' à cause du confinement et dans un rayon de 500 m autour de chez moi pour une séance photo.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Pour cette sortie,  j'espérais du brouillard ou un peu de brume. Malheureusement je n'ai eu qu'un plafond bas qui ne m'a même pas caché la tour du Prévôt à Toulouse Château.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

     Entre arbres dépourvus de feuilles, ou encore vert ou bien roussis,  j'ai choisi le N&B. Comme cela pas de jaloux.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Il ne reste plus beaucoup de pommes dans le verger. Une saison qui s'achève.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Le chêne rouge, l'un des cinq arbres plantés tous les ans pendant cinq ans, par les enfants de l'école pour marquer la guerre 14-18, est le seul à arborer encore un peu son feuillage.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    En contrebas, c'est un tapis de feuille qui s'offre à moi.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Une vigne vierge qui produirait de la gnôle?

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    La Brenne, apaisée, coule entre deux rives couvertes de feuilles.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Et pour changer un peu, un reflet traité vintage.

    -=-=-=-

    Sellières et le confinement

    Et pour finir ce premier reportage, le reflet de l'église St Pierre, toujours dans la Brenne.

    -=-=-=-

    À suivre et  à demain pour la suite de cette promenade  confinée... 

     


    5 commentaires
  • 17 septembre 2019 : On quitte la Bretagne pendant quelques temps pour l'Occitanie et un autre monde comme ici près de l'étang du Vaccarès. 

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Et dans la région , il y a un lieu incontournable : le Salin de Giraud.  Sur ce site des marais, appartenant au groupe Les Salins, 50 personnes travaillent dans la saline qui représente 6000 hectares avec une production de 340 000 tonnes de sel par an. Ce sel est utilisé essentiellement pour le déneigement des routes en hiver. Depuis un point de vue aménagé en hauteur, on admire le marais salant dans son ensemble avec au loin les camelles, véritables collines de sel.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Les marais sont divisés en une multitude de parcelles, les tables salantes à l'étonnante couleur rose due à la  présence d'une algue microscopique, la Dunaliella salina riche en bêta carotène dont sont friands les flamants.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Le phare de Faramand, à l'horizon, domine ces étendues salées où l'eau de mer circule dans différents bassins grâce à un système de pompage. Elle est ensuite dirigée vers les tables salantes. Saturée en sel, l’eau va s’évaporer. La cristallisation du sel se produit et la récolte peut avoir lieu. 

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    À peu de distance des marais salants, les étangs comme celui-ci au drôle de nom  : "Baisse de cinq cents francs" peuplés des oiseaux emblématiques de la région, à savoir les flamants roses.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Et c'est un plaisir que d'admirer ces élégants échassiers toujours en quête de nourriture.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Mouettes et flamants font bon ménage mais chaque espèce garde ses distances.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    La colonie est importante mais assez loin du rivage, ce qui m'impose de changer d'objectif...

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    De plus photographiquement, les oiseaux sont pratiquement dans l'axe du soleil donc pas faciles à capter.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Pour autant, je ne suis pas mécontent du résultat qui me laisse apprécier les jolies couleurs rose des flamands données par les algues microscopiques déjà citées plus haut.

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Pourquoi vouloir rajouter des mots sur la beauté de la nature?

    -=-=-=-

    Sel et flamants  :  17 septembre 2019

    Et quand je regarde ces animaux, enfin ces oiseaux, je me dis que la liberté a quand même du bon.

    -=-=-=-

     À bientôt pour  faire un tour à la  plage... sous le soleil

    -=-=-=-


    5 commentaires
  • 10 octobre 2020  : Voici le terme de ce voyage marqué par un retour en arrière, dans ce XIXe siècle qui vit l'éclosion de l'ère industrielle et l'établissement d'une nouvelle vie sociale

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

     Hier je vous ai laissé devant cette roue mais je ne vous ai pas parlé de ce  déversoir en haut.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Celui-ci  permet d'alimenter la retenue d'eau en contrebas. Et c'est depuis cette retenue que l'eau s'évacuera jusqu'aux immenses roues actionnant les martinets. On notera donc le double emploi de l'eau d'un côté les soufflets de forge et de l'autre les martinets.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

     Quant aux soufflets de forge,  ils sont là, suspendus au-dessus de la tête des ouvrier (pas évident  pour  faire  la  photo).

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    n peut noter l'ingéniosité de ceux qui ont conçu ces mécanismes,  transformant le  mouvement de l'eau et d'une roue en un mouvement qui par l'intermédiaire de rouages et renvois divers, va transmettre sa force aux soufflets pour les faire monter et descendre.

     -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Tout ça pour ça... des bêches, des fourches, des pioches, des haches et autres coupe-foins mais aussi ...

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    tant objets divers comme cet appareil pour planter les sapins,

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Et quand on y regarde de près, on s’aperçoit que le travail était particulièrement soigné.

     -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Autant de  tâches agricoles, autant d'outils spécifiques.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Voici une des pages du catalogue de la Taillanderie.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

    Et ici, certainement le produit phare de la maison, la lame de faux des frères Philibert, propriétaires de la Taillanderie.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 3 et fin

     Le site de la Taillanderie sous un ciel bien gris.

    Ce qui m'amène à évoquer l'actualité de celui-ci. En effet la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne est en vente depuis un an. Les héritiers du dernier propriétaire, Jean-Claude Freyburger, décédé  fin janvier 2019 ont mis le domaine bâtiment en vente au prix de 850 000 euros. Pour le moment,  pas de repreneur...

    Merci à Sylvain Debray guide et gestionnaire du site qui a su nous faire partager sa passion.

    -=-=-=-

    Et pour finir un petit lien d'une vidéo pour mieux comprendre encore ...

    https://youtu.be/8ae1PfFanDg

    À bientôt.

     


    4 commentaires
  • 10 octobre 2020 : La visite de la taillanderie se poursuit pour découvrir un patrimoine industriel révélateur d'une certaine époque et d'une façon de vivre et surtout de travailler

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

     Élément indissociable de l'usine, la forge.

    =-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

    Enclume, marteau, pince, outils indispensables pour façonner des outils.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

    Un petit  martinet, un de ceux qui permettait la finition et l’aiguisage dans un petit atelier où toutes les machines tournent avec la force d’une turbine. Ici le martelage à froid avec le petit martinet de 10 kg qui frappe à 500 coups minute (à comparer aux martinets du reportage précédent d'un poids de 250 kg et frappant le métal à la cadence de 150 coups par minute.) L'entraînement n'est plus avec une roue à came, mais une courroie que l'on voit à l'arrière.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

    Il s'agit là d'un travail de précision.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

    Un travail rythmé par le mouvement du martinet, celui-ci ne retombant jamais à la même place sur la faux.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

    C'est le ruisseau dit de « l'Arcange » qui fournit grâce à un aqueduc, l'eau nécessaire au fonctionnement de la roue actionnant les soufflets de forges.  

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 2

     

    Sur ce croquis (Source Wikipédia), on comprend mieux le système mis en place : l'eau arrive en eau et fait tourner la roue à aube, laquelle par de nombreux engrenages entraînent  deux soufflets de forge, suspendus et fonctionnant en alternance. Ils délivrent ainsi en continu par l'intermédiaire de tuyauterie de l'air aux forges situées à l'étage inférieur.

    -=-=-=-

    En espérant vous retrouver demain pour la suite et la fin de ce reportage.

    -=-=-=-


    3 commentaires
  • 10 octobre 2020 : Un reportage un peu technique dans l'antre d'une usine bien spéciale : la Taillanderie de Nans sous Ste Anne dans le Doubs.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie - Part 1

    Voici le bâtiment aujourd'hui musée, d'où sont sortis des milliers d'outils agricoles depuis 1828, jusqu'en 1969.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

     Un outil industriel exceptionnel qui fonctionne uniquement par la force de l'eau

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    Un ensemble de roue à augets et de couronnes en fonte, système de 17 tonnes, actionne des martinets de 80 à 150 kg.    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    Et pour faire quoi tout ce matériel ? Tout simplement pour fabriquer des lames de faux.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    Au début, était le lopin d’acier d’une quinzaine de centimètres (dans la main du  guide) et à la fin, une lame de faux de soixante-dix centimètres.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    Les  marteaux vont servir à ébaucher les outils qui seront fini sur les enclumes dans la forge traditionnelle. On peut distinguer les cames sur les roues à l'arrière des marteaux. Les cames en appuyant sur le bout du tronc, font remonter le marteau. En fin de course de la came, le marteau chute par son propre poids et le processus se renouvelle.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la Taillanderie - Part 1

     Voici un schéma trouvé sur le net.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    Les roues sont mues par l'eau comme on en voit dans les augets, à gauche.

    -=-=-=-

    Nans sous Ste Anne  - Au cœur de la taillanderie

    On pourrait croire que l'eau qui actionne ces roues, passe par en-dessous comme dans un moulin à eau traditionnel. Mais en fait l'eau, par un système de canalisation provient d'une chute d'eau artificielle et entraîne les roues par le haut.

    -=-=-=-

     À bientôt, pour la suite, bien entendu.

     


    4 commentaires
  • 31 octobre 2019 : Toujours à Nancy pour découvrir et essayer de comprendre l'inspiration de ce jardin éphémère.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    De longues tiges de verre émergent d'un parterre de plantes. Un rappel des  maîtres-verriers de l'École de Nancy?

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    On élargit le plan et à côté des tiges de verre,  des colonnes d'eau jaillissantes.

     -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Et enfin sur ce plan large, Stanislas domine l'oeuvre.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    L’arc de triomphe Héré est un monument qui complète de façon majestueuse la place royale de Nancy. Édifié au milieu du 18e siècle, il honore le gendre du roi Stanislas, Louis XV. Mais plus encore, il contribue à la belle perspective que Stanislas Leszczyński a souhaité créer dans sa capitale. L’arc monumental – ou Porte Héré – est ainsi le trait d’union entre la place Stanislas à la place de la Carrière.... extrait de Mon Grand-Est - © French Moments Ltd sauf indications contraires.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Le majestueux Hôtel de Ville de Nancy. Quand j'ai découvert l'immense table en bois, je me suis demandé si c'était pour évoquer les séances du conseil municipal ... Mais non. Je vous rappelle que ce jardin est une représentation de la main et cette longue table est en fait une ligne de la paume de la main.

     

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Voici le schéma de ce jardin fabuleux et le lien pour comprendre cette réalisation :  Le jardin éphémère 

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Un des joyaux de la Place Stanislas, la Fontaine de Neptune, réalisée en plomb par Guibal, agrémentée des grilles de Jean Lamour.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Dernier regard sur cette  belle  place Stanislas, que j'ai connue  jadis, avec un parc automobile et une voirie circulaire. Et vous dire aussi que c'est là que je venais assister aux feux d'artifice du 14 juillet...Mais ça, c'était avant.

     -=-=-=-

    À bientôt pour retrouver la Bretagne.


    6 commentaires
  • 9 août 2019 : un très court reportage sur le bleu finistérien... 

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Il ne manque que quelques palmiers ou pins parasols pour se croire ailleurs.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Quel photographe ne serait pas conquis par un tel  paysage?

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Si d'un côté, il y a des rochers, de l’autre côté il y a du sable blanc.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

     

    Je ne peux que m'extasier devant la palette de bleu qu'offre la nature. 

    -=-=-=-

    À bientôt, dans la mesure où Ekla n'aura pas de soucis techniques pour la récupération des images, comme hier.


    5 commentaires
  • 17 septembre 2019 : Une visite touristico-photographique dans la ville du photographe Lucien Clergue (né le 14 août 1934 à Arles et mort le 15 novembre 2014 à Nîmes).

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    "Porterie" du Grand Couvent datant du  XVIIIe siècle. Oui l'histoire d'Arles ne se résume pas aux arènes. Cet ancien monastère de femmes avait été créé en 508. 

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Pas très loin du centre, il y a des petites rues qui possèdent beaucoup de charme et dont la propreté fait plaisir à voir.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Incontournables arènes mais contournables quand même...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

     Amphithéâtre romain construit vers 80 / 90 apr J.C, il a bénéficié et continue de bénéficier de magnifiques restaurations mais dont les échafaudages empêchent malheureusement de faire des photos globales du site.

    =-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Arles, c’est la Camargue et on pourrait croire que c'est plat. La preuve que non avec cette rue magnifiquement restaurée et entretenue.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Ici, je m'interroge encore sur la présence d'un poisson rouge en haut de cet immeuble...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Dans une cour intérieure, un arbre a grandi au mépris de l'architecture environnante, preuve que la nature est plus forte que tout ...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Voici une vieille fenêtre avec ses volets en bois que j'aurais bien traitée en N&B. Mais par respect pour Lucien Clergue qui savait mieux que moi travailler le N&B, j'ai laissé la photo dans son jus...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

     Enfin rappel historique du passé romain de la ville, une vue du théâtre antique.

     Nota : ne vous fiez pas à la photo, il  y avait du monde et j'ai dû patienter un long moment avant de faire ce cliché .

    -=-=-=-

    À suivre ... si vous le voulez  bien !

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique