• 10 août  2019 : Au Guilvinec, près de la flottille de ce port de pêche .

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Le Guilvinec est le 1er port français de pêche artisanale (côtière et petite pêche  avec les bateaux entre 12 et 16 mètres). Il est identifié comme « cœur de la pêche ». 
    Il est le 3ème port français, après Boulogne-sur-Mer et Lorient, toutes pêches confondues (hauturière, côtière et petite pêche).

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Je me suis toujours demandé comment les pêcheurs pouvaient s'y retrouver à travers tous ces filets. Mais comme on dit : chacun son métier.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Une  peu de détail de ces fameux filets.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

     À quai, le Myajuja, chalutier de fond et à couple, le Patisaka, chalutier langoustinier. La langoustine étant une des spécialités du Guilvinec.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    De l'autre côté du chenal, un petit chantier naval. Car les bateaux subissent les outrages du temps. Alors, il faut réparer, repeindre, etc.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Avec cette vue, on s'aperçoit de l'importance de la flottille et encore on ne voit pas tout, car le port se prolonge en arrière et tous les bateaux ne sont pas là.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    À l'image du Pax Vobis, bateau hauturier qui part en haute mer ...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Mais si dans le port, c'est le calme, de l'autre côté de la jetée, il en va autrement.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le Guilvinec - Port de  pêche - 1

    Et même si la mer est grosse, il en faut plus pour effrayer le marin breton. La preuve, le Pax Vobis s'en va affronter les flots. 

     -=-=-=-

    À bientôt  - Kenavo

    -=-=-=-

     


    3 commentaires
  • 31 octobre 2019 : Toujours à Nancy pour découvrir et essayer de comprendre l'inspiration de ce jardin éphémère.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    De longues tiges de verre émergent d'un parterre de plantes. Un rappel des  maîtres-verriers de l'École de Nancy?

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    On élargit le plan et à côté des tiges de verre,  des colonnes d'eau jaillissantes.

     -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Et enfin sur ce plan large, Stanislas domine l'oeuvre.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    L’arc de triomphe Héré est un monument qui complète de façon majestueuse la place royale de Nancy. Édifié au milieu du 18e siècle, il honore le gendre du roi Stanislas, Louis XV. Mais plus encore, il contribue à la belle perspective que Stanislas Leszczyński a souhaité créer dans sa capitale. L’arc monumental – ou Porte Héré – est ainsi le trait d’union entre la place Stanislas à la place de la Carrière.... extrait de Mon Grand-Est - © French Moments Ltd sauf indications contraires.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Le majestueux Hôtel de Ville de Nancy. Quand j'ai découvert l'immense table en bois, je me suis demandé si c'était pour évoquer les séances du conseil municipal ... Mais non. Je vous rappelle que ce jardin est une représentation de la main et cette longue table est en fait une ligne de la paume de la main.

     

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Voici le schéma de ce jardin fabuleux et le lien pour comprendre cette réalisation :  Le jardin éphémère 

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Un des joyaux de la Place Stanislas, la Fontaine de Neptune, réalisée en plomb par Guibal, agrémentée des grilles de Jean Lamour.

    -=-=-=-

    Nancy :  un jardin éphémère (2).

    Dernier regard sur cette  belle  place Stanislas, que j'ai connue  jadis, avec un parc automobile et une voirie circulaire. Et vous dire aussi que c'est là que je venais assister aux feux d'artifice du 14 juillet...Mais ça, c'était avant.

     -=-=-=-

    À bientôt pour retrouver la Bretagne.


    6 commentaires
  • 31 octobre 2019 :Tous les ans à l'automne, la place Stanislas se couvre d'un jardin éphémère. En 2019, c'était la 16 ème édition dont je vous livre le thème  :

    "Le 16e jardin Éphémère est né d’une image dans un catalogue d’exposition, celle de la dernière création verrière d’Emile Gallé, figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy. La « main aux algues et aux coquillages » de 1904 est le ferment qui a ensemencé la création végétale et culturelle de la place Stanislas."

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Avant toute chose, une idée de ce que représente ce jardin éphémère.

    Ensuite, je ne commenterai que très peu les photos, n'ayant pas les renseignements nécessaires relatifs aux concepteurs et  à leurs réalisations.

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Lu sur le panneau en arrière : "Les plantes poussent à même le pavé, de chaque côté des tunnels d'acier pour mener le visiteur à  l'extrémité de l'ongle, jusqu'aux courbes striées de l'empreinte digitale." 

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Heureusement pour Stanislas, sur son socle, il est au sec.

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Entrée des artistes... le théâtre est juste derrière.

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

     Stanislas compte et recompte les plantes, craignant qu'on en dérobe...

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Reflets et pièces de monnaie...

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Les objets dont les reflets étaient visibles sur la photo précédente.

    -=-=-=-

    Nancy, un jardin éphémère. (1)

    Effet chromo, comme dans le temps !

    -=-=-=-

    J'avoue ne pas avoir compris la démarche de certains artistes...

    À bientôt pour la suite.


    6 commentaires
  • 31 octobre 2019 : Nancéien d'origine et Lorrain dans l'âme, j'ai pris plaisir à revisiter ce quartier de Nancy, ma ville natale.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    Derrière les frondaison automnales, se dresse l'actuelle basilique Saint-Epvre de Nancy de style Gothique Flamboyant construite au XIXᵉ siècle.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    Les effets de la pollution puis la tempête de 1999 a endommagé l’édifice, ce qui nécessita d’importants travaux de restauration. L'effet est particulièrement visible sur ces portails.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    La flèche pointe à 87 mètres pour un édifice d'une centaine de mètres de long. La nef mesure 84 mètres de long, et a une hauteur sous voûte centrale à 24 mètres. 

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

     Un peu plus loin, on découvre le Palais Ducal avec notamment la Porterie avec l'élément principal, la statue équestre du Duc Antoine de Lorraine. Et sous le cheval, on retrouve le chardon lorrain, symbole de la ville de Nancy avec la devise « Non inultus premor » plus connu sous : « Qui s’y frotte s’y pique », autrement dit, « on ne me touche pas impunément »..

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    Un détail de la toiture si joliment ornée, légère et aérienne. Rappelons que le palais ducal de Nancy est le résultat architectural réussi de l'union de deux styles : le gothique flamboyant et Renaissance.  

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    Puis j'arrive sur le joyau de Nancy, la place Stanislas. Les lanternes sur les bâtiments donnent le ton.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    L'hôtel de ville construit de 1752 à 1755 occupe la partie sud de la place où trône le roi Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne, bienfaiteur de la Lorraine et beau-père de Louis XV.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

     

    L'ajout des grilles dues à Jean Lamour apporte une réelle richesse à cette place classée 4ème plus belle place du monde. Sur la droite de la fontaine Amphitrite, on trouve l' Opéra  national de Lorraine.

    -=-=-=-

    Nancy - retour aux sources.

    Il s'agit ici d'assiettes réalisées par Wilmotte marquant le grand retour de Jean Lurçat chez Haviland. Cette vision moderne de l’Art de vivre à la française est me semble-t-il proche  de l'École de Nancy, fer de lance de l'Art nouveau en France, et dont Émile Gallé , maître-verrier,  Louis Majorelle ébéniste et décorateur, Antonin Daum, également maître -verrier sont  les fondateurs.  Photo réalisée dans une vitrine du magasin Daum, rue Héré, proche de la place Stanislas.

    -=-=-=-

    Les observateurs auront pu noter la présence d'espèces végétales sur cette place totalement minérale. Je vous apporterai l'explication les prochains épisodes.  

    -=-=-=-

    À bientôt.


    5 commentaires
  • 9 août 2019 :  Toujours à Tréompan, mais de l'autre côté de la plage.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Si en face, c'est une plage de sable blanc, de ce côté, les rochers sont majoritaires.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Et compte tenu de la proximité des bateaux, de plaisance, les annexes sont nombreuses apportant autant de taches de couleurs.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Voilà les bateaux de plaisance. Au loin, le ciel est couvert par rapport au large. Du coup, un petit travail de post traitement permet de se rendre compte de leur texture et de leurs couleurs.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Petite découverte en passant. Du Land Art? Par qui, pour quoi? Ah la Bretagne et ses mystères...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    En contrebas, les mouettes  se sont regroupées et toutes dans le même sens...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Désolé pour cette photo ratée,  (70 x 300 sans trépied) mais si quelqu'un peut m'identifier cet échassier, d'avance, merci.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (2)

    Par contre, ici, j'ai pu capturer en plein vol ce courlis  à long bec .

    -=-=-=-

    À bientôt , certainement dans une autre région.

     

     


    6 commentaires
  • 9 août 2019 : Direction  les dunes de Tréompan, sur la commune de Ploudalmézeau. Encore un petit endroit bien sympathique.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    Dans certains endroits de Bretagne,  il est parfois difficile de croire qu'on est effectivement en Bretagne. Et pourtant...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    Une étendue de sable blanc et fin, des eaux turquoises. Un duo gagnant.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    Et pour mon arrivée, le vent  joue avec le sable créant des petites nuées tourbillonnantes au ras du sol.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    En s'approchant un peu plus près du rivage, l'effet est saisissant... mais pas très bon pour les appareils photo...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    Les  bécasseaux sanderlings restent  imperturbables dans le vent et ne réagissent qu'au mouvement des vagues.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    En petites bandes, ils se déplacent ensemble avançant ou reculant au rythme des vagues, créant un ballet qui semble perpétuel...

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : le sable de Tréompan (1)

    Les vagues et le vent semblent lutter l'un contre l'autre pour le plus grand plaisir du photographe.

    -=-=-=-

    À bientôt pour la suite

    -=-=-=-

     


    4 commentaires
  • 9 août 2019 : Du goémon abandonné sur la jetée. Pas de doute, nous sommes dans un port goémonier. 

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    Et plus précisément à Lanildut. Mais on aurait tort de penser qu'il n' y a que des goémoniers...

    .-=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    En y regardant de plus près, en effet, on distingue en rouge, un chalutier de fond,  e Garlizenn. 

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    Ici au premier plan, le Gavaoc,  bateau ligneur et derrière lui en vert, le Ménestrel,  un caseyeur coquillier.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    Une vue d'ensemble d'une partie de la  flottille précédente

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    Ici amarrés, le Tarzh An Héol (en vert au premier plan) et l'Enoric (en rouge) qui eux sont des goémoniers, comme l’Émeraude, entre les deux..  

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    De même que précédemment, une autre vue d'ensemble avec la passerelle que l'on emprunte pour prendre le bateau en direction d'Ouessant..

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : vive la flotte....

    Et puis pour finir, dans le bras de mer qui remonte dans les terres,  la flottille de plaisance au mouillage.

    -=-=-=-

    À bientôt pour d'autres horizons bretons.


    4 commentaires
  • 9 août 2019 : un très court reportage sur le bleu finistérien... 

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Il ne manque que quelques palmiers ou pins parasols pour se croire ailleurs.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Quel photographe ne serait pas conquis par un tel  paysage?

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

    Si d'un côté, il y a des rochers, de l’autre côté il y a du sable blanc.

    -=-=-=-

    Finistère 2019 : Le lagon de Landunvez

     

    Je ne peux que m'extasier devant la palette de bleu qu'offre la nature. 

    -=-=-=-

    À bientôt, dans la mesure où Ekla n'aura pas de soucis techniques pour la récupération des images, comme hier.


    5 commentaires
  • 17 septembre 2019 : Arles est une vieille cité romaine mais elle offre pour le photographe bien des sujets loin de l'histoire antique .

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

     

    Tout d'abord, un clin d’œil avec la photo de cette plaque apposée sur le mur de l'atelier qui vit Lucien Clergue s'exprimer dans cet art qui n'était pas encore numérique.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

    Au coin de son atelier, dans la rue qui porte son nom, le caractère provençal du lieu s'affiche.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

     

    Des œuvres oubliées de 19 photographes s’exposent dans les rues de la cité provençale.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

     

    L'obélisque sur la place de la République, devant la mairie, a été érigé sous l'empereur Constantin. Il ne possède aucune inscription et est réalisé dans du granite rouge, supposant  une origine d'Asie mineure (région de Troie) .

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

    Dans la rue de la République, cette vieille publicité ne pouvait pas, ne pas attirer mon œil. Depuis quand est-elle  là?

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

     

    Un peu plus loin, ce porche dont je n'ai pas trouvé d'explications, atteste de l'importance de la demeure et surtout de la puissance de ceux qui y habitaient.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

     

    Autre temps, autre mœurs. La coquille Saint Jacques au pied de la dame a-t-elle une signification? un rapport avec le chemin de Compostelle?

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

    Bibliothèque à l'air libre et dernier salon où l'on cause... et où on lit.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (2)

    Et on ne peut quitter Arles sans parler de l'un des ses enfants, Christian Lacroix, couturier né  juste à côté,  à Trinquetaille et marqué dans ses productions par les lumières et les couleurs de sa région. Cette photo est situé à l'angle de l'un de ses magasins, au 52 rue de la République. Mais ici aussi, je m'interroge pour connaître le lien entre la photo et le couturier.

    -=-=-=-

     Voilà pour cette incursion en Arles...

     À bientôt.  Mais où?

    -=-=-=-

     

     


    4 commentaires
  • 17 septembre 2019 : Une visite touristico-photographique dans la ville du photographe Lucien Clergue (né le 14 août 1934 à Arles et mort le 15 novembre 2014 à Nîmes).

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    "Porterie" du Grand Couvent datant du  XVIIIe siècle. Oui l'histoire d'Arles ne se résume pas aux arènes. Cet ancien monastère de femmes avait été créé en 508. 

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Pas très loin du centre, il y a des petites rues qui possèdent beaucoup de charme et dont la propreté fait plaisir à voir.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Incontournables arènes mais contournables quand même...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

     Amphithéâtre romain construit vers 80 / 90 apr J.C, il a bénéficié et continue de bénéficier de magnifiques restaurations mais dont les échafaudages empêchent malheureusement de faire des photos globales du site.

    =-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Arles, c’est la Camargue et on pourrait croire que c'est plat. La preuve que non avec cette rue magnifiquement restaurée et entretenue.

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Ici, je m'interroge encore sur la présence d'un poisson rouge en haut de cet immeuble...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Dans une cour intérieure, un arbre a grandi au mépris de l'architecture environnante, preuve que la nature est plus forte que tout ...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

    Voici une vieille fenêtre avec ses volets en bois que j'aurais bien traitée en N&B. Mais par respect pour Lucien Clergue qui savait mieux que moi travailler le N&B, j'ai laissé la photo dans son jus...

    -=-=-=-

    Arles : Pour y voir plus Clergue (1)

     Enfin rappel historique du passé romain de la ville, une vue du théâtre antique.

     Nota : ne vous fiez pas à la photo, il  y avait du monde et j'ai dû patienter un long moment avant de faire ce cliché .

    -=-=-=-

    À suivre ... si vous le voulez  bien !

     


    5 commentaires